À la conquête de Thorung Pass.

26 Avril 2016 – Nouvelle route

Étape 7 – Nagwal/Gunsang – 12km & 700m de D+

Lever 7h30, p’tit déj’ 8h, départ 9h15. Le départ est plus tardif que la veille, en effet, nous avons décidé d’être plus relax pour ce premier jour d’autonomie. Sur les conseils d’un guide présent à notre guest house, nous choisissons la voie empruntant les hauteurs. Mais, ça commence par descendre tranquillement les 20 premières minutes. Les paysages sont verts et celà faisait près d’une semaine que nous n’avions pas vu ça. Enfin, arrive le moment d’emprunter les hauteurs. C’est une ascension extrêmement raide de plus de 20mn. Dans celle-ci, nous rattrapons le guide et croisons juste après le sommet un trio de jeunes allemands qui logeaient au même endroit que nous. Là, c’est un vaste plateau vert et peuplé de sapins qui se présente à nous. La vue sur la chaine des Annapurna est sublime et nous en profitons autant que possible. Nous finissons par atteindre la fin du plateau pour amorcer notre descente dans la plaine. Nous irons jusqu’au village de Braga. Le temps de faire quelques photos, nous nous arrêtons devant un plan afin de prendre quelques informations sur notre route.

Nous choisissons de poursuivre mais, pensant rejoindre le village de Manang, nous arrivons au sommet d’une colline dans un lieu peu habité. La vue est sympathique et nous décidons de faire une pause repas.

Au pied de la colline, un ruisseau descend des montagnes et c’est idéal pour cuisiner. Il est midi et nous répétons notre rituel : faire le feu, faire le riz, faire le thé puis manger. Nous prenons notre temps et passons près de 2h à cet endroit.

Quand nous repartons, la remise en route est difficile et le vent s’est bien levé. Nous arrivons très vite à Manang qui est un village relativement important et étendu. Nous voulons éviter ces coins où les touristes abondent et poursuivons. Il nous faudra marcher encore 1h30 pour arriver à Gunsang (3900m). Il est 15h quand nous entrons dans ce village composé de 4 ou 5 bâtisses dont 2 hôtels. Nous allons au Chullu West Hotel qui est géré par Sunita, analphabète. Nous découvrons sur les murs de la pièce commune des articles de journaux français. Ce qui au début ne nous choque pas finit par nous interpeller… que font des articles français ici alors qu’ils parlent déjà difficilement l’anglais. Après lecture, nous apprenons que Sunita est aidé par une association dirigée par une professeur française. De plus, après les terribles tremblements de terre, la mère et son fils ont tout perdu et ont été accueilli en France par cette même professeur. Des fonds ont été levés pour reconstruire l’hôtel et la mère est aujourd’hui de retour au Népal. Quant à son fils, il étudie à Kathmandou.

Ici, des muffins fait maison nous tenteront pour le goûter alors que le soir je me laisserai tenter par les Tee Mo spécialité tibétaine. Nous nous régalons. Nous passerons la soirée dans la pièce commune que nous partageons seulement avec 2 souris, la patronne étant descendue chercher une commande à Manang. Nous finirons par rejoindre notre chambre pour une nouvelle nuit.

Étape 8 – Gunsang/Thorung Phedi – 13km & 550m de D+

Lever 7h, p’tit déj’ 7h30, départ 8h. C’est la propriétaire des lieux qui nous réveillera, souhaitant récupérer les clés de la pièce commune. Nous sommes efficace en ce début de journée et nous prenons très vite la route.

Les sensations sont mitigés avec une fatigue musculaire plus ou moins importante. Mais, nous avons effacé la principale difficulté la veille, nous facilitant la journée. Nous avançons vers Yak Kharka (4018m) et le sentier est plat. Après 1h15 de marche, nous sommes déjà à la sortie du village et optons pour un premier break étant donné que le kilomètre suivant est annoncé à 1h sur le fascicule officiel des Annapurna.

La bonne blague, il faudra seulement 15mn pour rejoindre le village de Lledar (4200m) et les estimations nous donnent pour midi à notre destination finale. On ne va pas cacher que voir le temps de marche diminué est plaisant. Donc, direction Thorung Phedi.

Nous apercevons au loin plusieurs groupes ayant fraîchement quittés Lledar et c’est sympa de croiser quelques personnes. Quant au sentier, il est relativement roulant comme on dit dans le jargon des coureurs. La pente est plutôt linéaire et rend l’effort moins intense mais, deux portions nous rappelleront qu’ici, ça grimpe. Une longue première portion à 1h du but nous fera surplomber un pont où beaucoup de vautours affluent. Nous ne comprendrons que plus tard la raison : un cheval a chuté, mourant sous le pont et devenant le repas des volatiles. Poursuivant notre route, les 15 dernières minutes seront plus difficiles mais les sensations sont excellentes dans ce final et nous apercevons enfin les hôtels de Thorung Phedi (4450m). À cet instant, il est toujours possible de pousser jusqu’au High Camp (4850m) se trouvant à seulement 40mn mais nous ne voulons jouer avec les hautes altitudes ayant déjà subi ses effets. Nous en restons là, il est 11h45.

Nous trouvons une chambre et nous lavons la majorité de nos affaires car c’est pas tout les jours qu’on dispose de l’après-midi pour les faire sécher.

Maintenant, on peut aller manger dans la pièce commune où plus de vingt personnes s’y trouvent déjà. Pas mal de jeunes et qui plus est, mettant l’ambiance grâce à leurs instruments de musique. C’est bon enfant, agréable et tout le monde se côtoie. Au final, nous y passerons toute l’après-midi et la soirée. Nous y rencontrons Tiphaine et Romain, un couple de français venus, eux aussi, profiter de cette fabuleuse chaine de montagnes. Nous leur passons le bonjour à d’occasion. Nous discuterons un bon moment avec eux tout en jouant aux cartes avec un jeune allemand. Nous quittons nos amis français à 21h car nous devons dormir en vue de la journée de demain et du lever aux aurores.

Et oui, demain, c’est le jour J, celui où on passe le col à 5416m ! Ça se promet intense.

Étape 9 – Thorung Phedi/Jharkot – 14km & 1000m de D+

Lever 3h30, p’tit déj’ 4h50, départ 5h05. Le réveil sonne le début d’une longue journée mais, nous nous sommes donnés un joker si le temps n’est pas au rendez vous. Je sors observer le ciel, les nuages.. dans un froid me signifiant de retourner dans mon duvet. Je ne suis pas convaincu par ce que j’observe et après discussions, nous repoussons le réveil à 4h30 pour voir si amélioration il y a. Mais, je ne parviens pas à me rendormir sentant que c’est aujourd’hui qu’il faut y aller. 4h30 sonne, je saute hors de mon duvet pour observer le ciel. Pas parfait mais dégagé, je retourne à la chambre et annonce à Léo qu’il faut y aller.
C’est parti, maintenant, on ne peut plus faire demi tour. Nous avalons un bref petit déjeuner où je retrouve Romain et Tiphaine. On échange quelques mots avant qu’ils aillent se préparer alors que nous sommes prêts à partir.

5h05, l’ascension commence dans l’obscurité. Pas de portion pour se chauffer, nous sommes dans le vif du sujet. Les organismes montent très vite en température nous obligeant à enlever quelques couches. Les minutes passent et le jour se lève peu à peu. Les paysages évoluent et dans notre dos, les pics des Annapurna s’éclairent progressivement. Nous atteignons le High Camp au bout de 30 minutes. Jusque-là, nous n’avions pas croisé grand monde, mais ici, quelques groupes s’apprêtent à partir. Mais, après avoir dépassé le camp, nous avons un réel aperçu du nombres de trekkers présents sur la route… et il y a du monde !

Devant ce constat et ayant de bonnes sensations en cette matinée, je décide de faire route seul en accélérant la cadence. L’objectif étant de pouvoir profiter de la Pass avec peu de monde. Beaucoup de monde à dépasser sur un chemin étroit nécessite de la patiente et il faudra prêt de 20 minutes pour avoir le champ libre. Désormais, en me fiant aux traces de pas dans la neige, il ne reste que 5 ou 6 personnes devant. Quant à Léo, rendez-vous au sommet.

Malgré avoir hausser le rythme, le froid reste omniprésent et les extrémités sont gelées. Le soleil finit par sortir de derrière les montagnes réchauffant enfin les pieds et les mains. Mais, c’est aussi l’occasion de prendre des clichés des monts alentours. L’instant est agréable et l’ascension se poursuit.
Après avoir rattrapé deux jeunes, je devine dans la neige fraiche qu’il ne reste que 2 ou 3 personnes devant moi, c’est parfait. J’avance peu à peu mais le col tardé à se montrer dans ce paysage accidenté.

Et puis, il y a cet instant où, au loin, tu aperçois les drapeaux de prières bouddhistes qui ornent les sommets. Là, tu y es, l’objectif est en passe d’être atteint et il est agréable de contempler les alentours. À 7h06, le contrat est rempli, je peux prendre mes premières photos de la vallée du Mustang. Cependant, la vue n’est pas dégagée mais je devine quelques sommets me laissant rêveur.

En attendant Léo, je profite de la tranquillité d’être 3 touristes au sommet pour réaliser une vidéo d’anniversaire pour ma soeur avant de me réchauffer avec un thé. Oui, à 5400m, il y a aussi un marchand de boissons chaudes ! Pendant ce temps, quelques porteurs arrivent ainsi que des touristes.

À 7h30, c’est au tour de Léo de marcher sur Thorung Pass et de découvrir l’immensité du paysage. Un thé pour lui aussi et c’est parti pour une séance photo avec le drapeau. Oui, séance car les népalais ont apprécié le drapeau et 5 ou 6 guides ont souhaité prendre des photos avec celui-ci. Un régal de les voir s’amuser avec nous en prenant des pauses originales ! Nous y resterons jusqu’à 8h avant que le froid nous incite à basculer vers la vallée du Mustang.

La descente commence et c’est un paysage rocailleux que nous traversons. Il faut être prudent car les glissades peuvent très vite survenir. Nous arrivons sur une zone de guest house à 4200m d’altitude où nous ferons un petit break. Nous repartons en direction de Muktinath que nous continuerons par les hauteurs. Là, nous découvrons un cheval blanc, immobile et observant la vallée tel un seigneur. Il se laissera prendre en photo sans bouger d’un poil. Nous redescendons sur la sortie du village en destination de Jharkot qui se trouve à une vingtaine de minutes.

Il est 12h00 et nous entrons dans Jharkot. Un petit village où nous découvrons des cultures verdoyantes de blés et de légumes. C’est plaisant, nous n’avions encore jamais observé cela. Sillonnant les rues, nous arrivons à un hôtel où nous resterons. Nous y prenons le repas avant d’aller nous balader vers le centre de médecine tibétaine. Là, nous nous essaierons à une séance de massage de 45mn chacun. Agréable, nousn rentrons détendu. Il est 16h et nous partons pour une sieste d’une heure. Mais, quand je me réveille, il est 20h ! Wahou, efficace le massage en définitive.

Nous nous empressons de commander notre repas. A table, nous retrouvons un groupe de 4 français croisés plus tôt au sommet de Thorung Pass. Nous échangerons un petit peu avant qu’ils n’aillent se coucher. Nous ne tarderons pas non plus, au lit !

Après 9 jours de treks, nous avons vu deux cols supérieurs à 5000m et l’on pourrait penser que nous avons tout vu… mais c’est tout le contraire ! Découvrez la somptueuse vallée du Mustang avec nous dans le prochain article. Les premières photos du trek sont disponibles.

Ludo & Léo.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Pin on Pinterest0Email this to someone

One thought on “À la conquête de Thorung Pass.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *